Samedi 11 Mars 2017 de 19h à 20h 
Thomas Loren’s était présent en direct 
sur le Tchat de Radio RFR. 
Il vous présenta quelques uns 
de ses titres, 
grâce à vos nombreux votes, 
il a été sélectionné aux «  Espoirs de demain* » , 
une interview écrite exclusive est disponible.
Vous y trouverez tous les liens nécessaires.
Je dois concéder avoir découvert un homme sensible à la musique,
profondément humain qui ne laissera personne indifférent.
Ses chansons vous "attrapent" sans crier gare.
Elles vous transporte tantôt vers la nostalgie, 
tantôt vers l'espérance. Je pense que très vite 
les "oreilles" du métier vont s’intéresser à cet artiste.

Bonjour Thomas,

Vous m’avez confié analyser les critiques que l’on fait sur votre travail et d’en tirer du positif pour le mettre au service de votre avenir musical.

Avez-vous rencontré beaucoup de détracteurs et comment avez-vous travaillé cette attitude ?

Thomas Loren’s : Pour être honnête je ne suis pas vraiment intégré dans le monde du show buisness car je n’ai pas encore eu comme on dit « La porte » qui permet cela. Lorsque je fais une chanson et qu’elle est enfin finalisée sur un support, je regarde beaucoup les expressions de ceux qui les écoutent et je retrouve souvent de la bienveillance entouré de silence comme une sorte de respect de la chanson crée qui est en train d’être écoutée, et cela, est très gratifiant pour moi.

Thomas Loren's en interview

Thomas Loren’s répond aux questions de Frédéric Selliez

J’ai néanmoins eu parfois certaines personnes qui me disaient « Bof ! Ce n’est pas trop ce que j’écoute ! » Ou parfois « c’est un peu trop triste pour moi », mais en règle générale ça plait plutôt pas mal car on aime bien mon grain de voix un peu fragile. Cela permet de faire un vrai travail sur soi-même mais sans trop se prendre la tête car vous ne pourrez jamais satisfaire cent pour cent de la population et il y aura toujours quelqu’un qui n’aimera pas. Je reste moi-même avant tout, je fais ce que j’aime et ceux qui m’aiment et qui aiment ce que je fais me le rende bien.

J’ai expliqué à l’antenne votre expérience auprès d’un studio qui proposait de poser votre voix sur des play-back pour une modique somme alors que vous étiez âgé d’une vingtaine d’année. Vous dites que ce fut pour vous le « déclencheur » pouvez-vous nous le raconter ?

Thomas Loren’s : A vrai dire mon envie de chanter remonte à encore plus loin mais je n’en avais pas pris conscience. Je me rappelle que lorsque j’étais petit ma mère m’avait placé chez une nourrice qui avait un grand jardin avec une balançoire où je passais des après-midi entières à me balancer en chantant à tue-tête les chansons d’Alain Barrière et de Domenico Modugno que ma mère écoutait en boucle dans sa voiture. Puis un jour j’ai surpris une voisine qui me regardait à travers le grillage en me souriant. J’ai donc été la voir et elle me dit « Tu sais que tu chantes vraiment bien et que plus tard tu pourrais être un grand chanteur »

interview écrite du chanteur Thomas Loren's

Thomas Loren’s se raconte en exclusivité sur Radio RFR

Bien entendu comme j’étais un gosse je n’ai pas prêté la moindre attention à cela mais cette phrase m’est revenue à l’esprit le jour ou j’ai entendu ma voix dans le casque de ce fameux studio bon marché lorsqu’elle se mélangeait avec la bande son de la chanson « Que c’est triste Venise » d’Aznavour. C’est ce jour là que j’ai su que quoi qu’il arrive je ferais un jour ou l’autre, mes propres musiques et mes propres chansons. De plus, pendant que je chantais dans ce studio situé aux halls j’ai pu voir aussi les yeux de l’ingénieur du son derrière la cloison vitrée qui lorsqu’il m’a remit la cassette, m’a dit « il y a quelques petites imperfections mais tu as un joli grain de voix. Si tu prends quelques cours de chant tu peux vraiment faire quelque chose de bien. Tu dois continuer surtout ! Voila pourquoi ma réelle révélation date de ce jour là. Ce qui est amusant c’est que le regard de cet homme qui était aux commandes de ce studio est quasiment le même regard que je retrouve chez mon arrangeur lorsque je chante dans la cabine de son studio

Vous avez suivi des cours de chants que vous ont-ils apportés ?

Thomas Loren’s : Les cours de chants apprennent à avoir plus de technique pour avoir par exemple des vibratos quasi naturels et entraînent également à tenir les notes longues. Ils permettent aussi à monter dans les hauteurs lorsque la chanson que vous faite dépasse la tessiture de votre voix. Chez moi, ce genre de chose engendre une espèce de fragilité de la voix qui démultiplie l’émotion, c’est en tous cas ce que mes arrangeurs remarquent et me disent souvent. Les producteurs qui prennent en charge des artistes n’aiment pas en général ce genre de fragilité car ça leur fait surement peur quant aux performances que l’artiste doit tenir pendant une heure ou deux sur une scène. Il suffit pourtant de chanter des chansons dans la bonne tessiture et le tour est joué. Enfin pour moi en tous cas.

L’inspiration a été telle qu’après avoir écrit et composé « Partie » vous avez écrits onze autres titres qui ont constitué votre album « L’authentique ». Ou puisez-vous la vôtre?

Thomas Loren’s : Vous avez sans doute déjà entendu cela car j’ai moi-même souvent entendu des artistes connus raconter ce que je vais vous dire et c’est la raison pour laquelle je sais qu’ils disent vrais. Assez souvent, pour certaines de mes chansons, je me suis réveillé la nuit avec une mélodie dans la tète que je fredonne en me rendant compte qu’elle n’existe pas. Je me dis alors qu’elle peut faire l’objet d’une nouvelle chanson. Puis, je me lève et je l’enregistre rapidement sur un enregistreur et je la travaille dès le lendemain en reprenant la mélodie en m’accompagnant d’accords piano. Cela a été le cas pour la chanson « Tellement de choses » entre autres.

Pour d’autre, je peux aussi me retrouver dans certaines situations qui m’inspire comme par exemple ma chanson « Et pourtant » qui est le condensé de l’histoire d’un ami qui faisait des spectacles transformistes et que j’ai retrouvé tout à fait par hasard sur la scène dans un restaurent cabaret où je suis allé dîner avec des amis.

Ses tenues étaient déchirées sous les bras et on sentait bien que malgré le talent, la fatigue des années passées était bien présentes et que c’était sans aucun doute l’aspect financier qui l’obligeait à continuer ce genre de prestations pour lesquelles il était devenu médiocre. En sortant du restaurant je suis monté bouleverser dans ma voiture et j’ai écrit la chanson sur un bloc-notes toujours présent pour la cause

Quelle est votre méthode de travail, musique puis parole ou l’inverse ?

Thomas Loren’s : En général, lors de mes inspirations, cela va peut être vous étonner mais autant le thème de la chanson, que les paroles et la mélodie me viennent en même temps. Et cela dépend de la situation tant sur le plan de la tristesse, que l’amour où voir même d’une séparation et de bien d’autres choses. Je peux rester longtemps sans rien écrire et puis soudain j’ai des fulgurances comme certain textes poétiques que je mets sur ma page Facebook

Quand « décidez-vous » qu’un titre est abouti ?

Thomas Loren’s : En général après avoir écrit les paroles et la mélodie je me fais un « Piano voix » que j’enregistre et que je donne à mon arrangeur. Puis je lui donne mes directives concernant les instruments que je veux lui dessinant également l’introduction, le solo musical du milieu et enfin le final de la chanson, et puis ensuite je lui accorde toute ma confiance. En général je suis assez explicite ce qui fait qu’il y a une compréhension évidente qui débouche sur une bande son qui me plait. Alors je rentre en cabine Studio et je fais en général deux prises. Puis une fois que le mix et le mastering sont terminés, je me dis que la chanson est terminée

Comment qualifieriez-vous votre musique ?

Reprise d’Hervé vilar rêverie par Thomas lorens

Extrait de “Tendres Souvenirs” Rêveries interprété par Thomas Loren’s et diffusée sur Radio RFR

Thomas Loren’s : Plutôt comme de la musique « World French » c’est-à-dire de la musique Française mais faites pour la planète entière car elle est authentique et elle peut toucher tout le monde. Je crois que les histoires racontées que ce soient dans mes propres chansons où même dans les reprises, ont toujours un lien direct avec l’histoire vécu de l’un d’entre nous, ce qui fait que de nombreuses personnes peuvent y trouver des similitudes avec leurs propres histoires.

Que pensez-vous le la musique « moderne » vous qui attachez autant de puissance aux mots qu’aux mélodies ?

Thomas Loren’s : C’est une question qui n’est vraiment pas évidente pour moi car j’ai conscience que si les maisons de disques ou producteurs choisissent certaine musiques qui ne me plaise pas forcément, c’est qu’il y une demande mais je trouve que l’on passe souvent à coté de l’émotion et de l’authenticité que peut dégager un artiste pour favoriser des musiques qui à mon sens sont un peu trop violentes. Je pense néanmoins qu’on est en train de revenir à la nostalgie des beaux textes et des mélodies chantantes, et ça c’est plutôt une bonne nouvelle pour les romantiques comme moi.

Quand par contre vous me demandez si j’attache de l’importance aux textes et aux mélodies, vous avez la réponse en écoutant ce que j’écris et ce que je réalise. C’est bien plus qu’une évidence pour moi. Je ne me contente pas d’écrire une chanson juste pour écrire, lorsque j’entreprends l’écriture et la composition d’une chanson, c’est juste parce que d’un seul coup mon cerveau me l’exige. Comme très souvent c’est une inspiration soudaine il ressort de moi des mots et une mélodie que je mets soigneusement en place. Je ne fabrique rien par obligation, je transcris des choses qui sont soudainement en moi. Je sais ! cela peut paraître bizarre mais c’est pourtant la réalité.

Quels sont les retours de l’album « L’authentique » ?

Thomas Loren’s : Ils sont assez bons en général mais en même temps assez partagés entre celui-là et mon album « Tendres Souvenirs » car pour « L’authentique » je parle de moi et de ma vie qui n’a pas toujours été très simple. Cet album a été une sorte d’exutoire pour moi et c’est pour cela que les gens qui aiment l’authenticité aiment cet album. En revanche ceux qui aiment « Tendres Souvenirs » aimaient déjà les chansons que je chante à travers les artistes originaires de ces titres qui ne sont pas les miens. Mais en règle générale tous ceux qui me connaissent écoutent la totalité de ma discographie en ayant certaine préférence pour l’une ou pour l’autre.

Vous produisez vous sur scènes ?

Thomas Loren’s : Hélas non car j’ai privilégié les albums studio dans le sens ou j’ai beaucoup travaillé dans des postes à responsabilités dans lesquels j’ai du fortement m’impliquer pour à la fois gagner ma vie correctement mais également financer cette passion de la musique qui me colle à la peau. Il ne me manque pas grand-chose pour passer le cap sinon un bon coach Scenic et quelques contacts sûrs qui croiraient en moi. J’ai la tête bien sur les épaules et les pieds sur terre je ne veux pas me retrouver mendiant et c’est pour cela que pour le moment je fais les choses de cette façon. Si demain je signais un contrat qui me donne la possibilité de faire de ma musique, un métier à temps plein j’abandonnerais tout le reste

Quels rapports avez-vous avec les médias ?

Thomas Loren’s : Aucun car je ne suis pas assez connu pour que l’on s’intéresse à moi sérieusement. Peut être que cela viendra avec le temps. En tous cas, cela ne me dérange pas car de mon coté je continue à écrire et à enregistrer des chansons. Je me qualifie souvent comme étant « un chanteur de l’ombre » C’est une expression qui m’amuse sans vraiment m’amuser

Quels sont les moyens que vous utilisez pour arriver à ce que l’on écoute votre travail ?

Thomas Loren’s : Les réseaux sociaux tels que Facebook ou twitter sur lesquels je présente mes chansons et mon site internet. J’ai cependant conscience que cela à un pouvoir assez limité ou peut être que je ne sais pas en exploiter toutes les ressources. Sinon toutes les plateformes musicales telles que Itunes, Deezer, Spotify, Virgin, Fnac musique, et tant d’autres. Il suffit de taper mon nom sur Google et vous serez redirigé vers toutes ces plateformes

Le « forcing » est-il obligatoire ?

Thomas Loren’s : Je suis plutôt du style timide et je marche à la sincérité et au feeling. J’ai présenté il y a quelques années mon album « l’authentique » chez Universal. J’ai pris rendez vous avec eux et me suis présenté auprès d’un jeune homme qui se disait Directeur artistique. Ce jeune garçon qui ne devait pas avoir plus de 25 ans et qui était très sûr de lui m’a conduit dans une petite pièce ou se trouvait sur une table basse, un lecteur de Cd.

Il a mit mon Cd dans l’appareil et dès qu’il a entendu les trois premières notes qui sont trois notes de piano de la première chanson il a stoppé l’appareil, a ressorti le Cd et m’a dit « Désolé, ce n’est pas ce qu’on recherche » J’ai rétorqué « c’est comme cela que vous écoutez les artistes ? Il y a douze chansons, vous n’en n’avez pas écouté une seule et vous savez si cela vous convient, où pas ? » J’ai ressenti une telle humiliation que je suis reparti avec mon album.

Depuis je préfère présenter mes chansons à des personnes vraies et pleine de bienveillance qui sont très souvent les animateurs radio car je fuie les arrivistes qui se croient supérieurs au monde alors qu’ils ne sont pas foutus de décrocher une note dans un micro. Ma timidité m’empêche de faire du forcing car je pense que si on accroche avec moi ça se fait tout de suite et avec sincérité. Quand je me fais jeter j’ai tendance à tracer ma route sans ennuyer les gens qui ne veulent pas de moi. J’ai peut être tord mais c’est mon tempérament. En revanche je suis capable d’être combatif pour la défense de quelqu’un que j’aime et dont je ressens l’injustice.

 

Quel est votre public et qui voulez-vous atteindre ?

Thomas Loren’s :Très franchement je ne sais pas trop quel est mon public. Les personnes d’un certain âge aiment beaucoup ce que je fais mais je cherche avant tout à atteindre les nostalgiques de la chanson Française quelque soit l’âge. Du moment qu’on prend du plaisir en m’écoutant, je suis heureux. Je ne calcule pas ce genre de chose. 

Parlons de votre autre CD « Tendres souvenirs » un album qui ravira celles et ceux qui aiment votre voix sincère. N’est-ce pas « risqué » de faire des reprises de pointures de la chanson française tels que Serge Lama, Serge Reggiani, etc.. La « comparaison » n’est-elle pas omniprésente ?

Thomas Loren’s : Toutes ces belles chansons que j’entends depuis ma plus tendre enfance, j’ai toujours rêvé pouvoir les chanter et voir quel résultat cela pouvait donner avec ma propre voix. Sur mon album « Tendres souvenirs » le nombre de chanson était considérable mais je n’en n’ai gardé que 20 car l’album aurait été trop long. Je pense qu’à partir du moment où vous aimez ce que vous faites le plaisir est omni présent et vous ne pensez pas du tout prendre le moindre risque.

Lorsqu’on m’entend chanter ces chansons qui ne m’appartiennent pas car je n’en suis ni l’auteur ni le compositeur, je pense que c’est moi qu’on entend avant tout car au moment des enregistrements j’y amène ma part d’émotion. En revanche quelque soit ma manière de les chanter, je sais que je n’arrive pas à la hauteur des artistes originaires des dites chansons. Quand vous faites une reprise vous mettez toutes vos tripes pour que l’artiste qui la chante à l’origine soit heureux de vous entendre chanter sa chanson si un jour il entend votre version. Peut être est ce déjà arrivé mais je n’en ai pas encore eu connaissance et j’avoue que cela serait très gratifiant pour moi

J’ai noté des variations face aux originales qui donnent à la chanson un « effet Thomas Loren’s », a qui s’adresse cet album ?

Thomas Loren’s : A tous ceux qui aiment la chanson Française et les jolies mélodies accompagnées de textes qui racontent d’authentiques histoires. Les variations sont juste dues au fait que j’apporte ma part d’émotion telle que je la ressens au moment où je chante la chanson et je pense que comme tout artiste j’aime m’accaparer légèrement la chanson et y apporter ma manière de chanter qui peut parfois être légèrement différente à l’original, ce qui peut effectivement engendrer quelques petites variations.

Thomas entre nous avec ce CD vous vous êtes fait plaisir ?

Thomas Loren’s : Grave ! C’était un rêve que j’ai réalisé avec un sentiment d’extrême plaisir. J’ai tellement toujours eu tant de plaisir avec parfois les larmes aux yeux à écouter ces grands artistes chanter ces douces mélodies qu’il fallait que je fasse cet album de reprise. C’était pour moi comme une obligation car je ne pensais qu’à cela depuis très longtemps.

 J’ajoute qu’aucun titre ne sonne faux et que vous avez selon moi la capacité vocal de nous embarquer dans un univers connu mais que nous redécouvrons grâce a vos interprétations généreuses.

Thomas Loren’s : C’est vraiment gentil de me dire cela mais je m’aperçois que de plus en plus, des reprises du même style sont enregistrées par des artistes connus alors que les miennes ne sont pas vraiment mises en avant. Parfois cela me frustre un peu car j’ai le sentiment d’avoir eu l’idée avant. C’est la dure loi du show-biz …

Quels sont vos projets ?

Thomas Loren’s : Un troisième album d’une quinzaine de titres avec mes propres compositions et mes propres textes car je ne veux pas que l’on dise de moi que je suis juste capable de chanter les chansons des autres. Lorsque je fais une reprise c’est par pure plaisir et un peu pour rendre hommage à des artistes hyper talentueux que j’aime depuis toujours. Cela ne me rapporte rien à part du plaisir car lorsque mes reprises passent en radio, les droits sont redistribués aux auteurs et compositeur d’origine. En revanche, avoir la satisfaction d’avoir réalisé un album dans lequel tout ce qui s’y trouve est de vous est plutôt sympa

Où peut-on se procurer vos chansons?

 

Deezer Album “L’Authentique”  ITunes Thomas Loren’s

 

 

Thomas Loren’s : En entrant sur mon site internet www.thomaslorens.com vous avez un formulaire de commande à imprimer que l’on rempli à la main et qu’on m’envoi par courrier. Avec ce formulaire on peut se procurer les deux albums existants « L’authentique » et « Tendres Souvenirs » Si non on peut aussi télécharger mes chansons sur les plateformes musicales sur le web en tapant mon nom sur Google.

Comment voyez vous votre avenir et quels sont vos souhaits ?

Thomas Loren’s : L’idéal serait de trouver un coach Scenic et un bon producteur qui voudrait croire en moi et je pense qu’avec le travail que je fournirais mon avenir musical pourrait être pas trop mal. Si cela n’arrive jamais je resterai « Le chanteur de l’ombre » et continuerai à gagner ma vie du mieux que je peux mais une chose est certaine je continuerai à composer des musiques et à écrire des textes. Au moins, lorsque je ne ferai plus parti de ce monde il restera quelque chose de moi.

Que représente le mot « réussir » pour vous ?

Thomas Loren’s : Ne jamais louper et avoir de vrais résultats sur ce qu’on entreprend. Et surtout, être heureux et être aimé …

Quel souvenir garderez-vous de votre passage sur Radio RFR ?

Thomas Loren’s : Excellent !! Vous avez su être rassurant, gentil et plein de bienveillance à mon égard. J’espère pouvoir passer vous voir un jour où je serai près de chez vous. Je garderai un super souvenir de vous car je suis toujours profondément touché par la bienveillance de l’être humain et de la bienveillance je crois que vous en avez à revendre. Merci encore

le mot de la fin

Thomas Loren’s : Çà ne sera pas un mot mais plutôt une phrase; Je pense que la mélancolie des belles chansons est en moi comme la sérénité et la gentillesse est en vous …

*Dès demain grâce à vous, nous entendrons 4 titres de Thomas Loren’s à 6h15, 8h15, 10h15, 12h15, 15h15 et 18h15 (hors directs et de manière aléatoire avec les artistes précédents)
Propos recueillis par Frédéric Selliez

Pin It on Pinterest

Shares